Ligue de Droits de l'Homme 3e/6e

La Section Lyon 3e 6e « Olympe de Gouges » de la Ligue des Droits de l’Homme a vu le jour le 4 Octobre 2008. Elle est née de la volonté de 38 adhérents qui souhaitent œuvrer au plus proche des gens dans les arrondissements qu’ils connaissent, mais aussi dans la ville qu’ils aiment, afin de faire vivre et partager les valeurs de la Ligue des Droits de l’Homme.

La section se réunit une fois par mois

Espace Associatif Simone André

100 rue Boileau

ldhlyon36@gmail.com

Notre page Facebook : https://www.facebook.com/LDH-Section-Lyon-3e6e-Olympe-de-Gouges-90963885391

Le mot de la Présidente  Alexandra Valette          

La crise économique et sociale que nous  traversons commence à déstructurer notre société et nous même au point de nous faire perdre nos repères collectifs et individuels.

Nous devons être vigilants pour que soient préservées les bases fondamentales de notre société : la liberté, l'égalité, la fraternité mais aussi l'équité, la laïcité...

Si vous partagez nos valeurs et que vous disposez d'un peu de temps, venez nous rejoindre car nous avons besoin de toutes les bonnes volontés pour nous aider à défendre le socle fondateur de notre République.

Nos réalisations

Depuis 2015, nous réfléchissons à la citoyenneté, à travers une vision historique, humaine, légale.

Nous avons parrainé plusieurs classes dans le cadre des écrits pour la fraternité, le travail effectué par les élèves ayant d'ailleurs été récompensé.

Mais au niveau national, nous publions nos interventions sur le site http://www.ldhfrance.org/  sur les thématiques suivantes :

-        Liberté et Démocratie ;

-        Racisme et Antisémitisme ;

-        Droit des Femmes ;

-        Droits  sociaux, économiques et culturels.

Nous avons des liens privilégiés avec  la Fédération Internationale des Droits de l’Homme, FIDH, avec l’Association Européenne des Droits de l’Homme, AEDH, et avec Réseau Euro-méditerranéen des Droits de l’Homme, REMDH.

Nous avons mis en place un observatoire des libertés.

L’homme est une richesse, à part entière que vous avons à cœur de défendre : chaque homme a le droit d’être traité avec humanité

 OLYMPE DE GOUGE

Née à Montauban en 1748, MarieGouze est issue d’une famille modeste.

En 1765, elle épouse Louis Aubry,  après trois années de mariage, ne voulant pas tenir le rôle de bourgeoise de province, elle fuit le domicile conjugal pour aller à Paris.

Elle rêve de célébrité, elle se fabrique un nom à partir du prénom de sa mère et du patronyme « Gourgues » et devient Olympe de Gouges. 

Femme de lettres prolixe. Ce n’est qu’à partir de la Révolution qu’elle va montrer à quel point elle est en avance sur son temps. 

Elle se lance dans la lutte pour l’égalité des droits. Mais c’est à partir de 1791 qu’Olympe de Gouges va montrer toute sa grandeur.           L’Assemblée Constituante produisant une Constitution qui exclut les femmes des droits de cité, Olympe publie un texte qui fait date dans les annales du féminisme originel :

« Déclaration des droits de la femme  et de la citoyenne »

Solidaire des Girondins après les journées de mai-juin 1793, elle est accusée d’être l’auteur d’une affiche girondine. Olympe de Gouges est arrêtée le 20 juillet 1793, condamnée  à mort et guillotinée le 3 novembre 1793

Pour les urgences

Fédération du Rhône LDH
34 cours de Verdun
69002 Lyon
Tel : 04-78-92-90-60

Information : ldh.rhone@gmail.com

Quelques principes :

Organisation civique, la LDH intervient dans tous les domaines concernant la citoyenneté et les droits et libertés, collectifs ou individuels. Elle n'est donc pas une organisation humanitaire ou caritative.

La LDH est une association politique : les principes qu'elle défend et les propositions qu'elle avance l'amènent à prendre position sur les causes et les remèdes à apporter aux dysfonctionnement qu'elle combat.

C'est une association laïque : elle défend la liberté de croyance et d'opinion de tous, dans le cadre des lois de la République qui garantissent la liberté de conscience et organisent le libre exercice de tous les cultes.

La LDH n'est pas un syndicat : à l'inverse de ceux-ci, elle a en charge la défense de principes et non d'intérêts catégoriels.

N'ayant aucune vocation à l'exercice du pouvoir, elle n'est pas un parti politique et elle est indépendante des partis. Pour autant, la LDH considère que les partis politiques sont un des éléments essentiels du fonctionnement de la démocratie et elle entretient avec eux les rapports nécessaires aux combats qu'elle mène.

La LDH n'intervient pas dans les élections, sauf si elle estime que ses principes fondamentaux y sont mis en jeu.

La Ligue est un contre-pouvoir : à ce titre, elle veille à être indépendante des structures de l'État et son action ne peut être limitée par les relations qu'elle entretient avec celles-ci. Son domaine d'intervention exclut qu'elle participe, sous quelque forme que ce soit, à l'exercice du pouvoir.

Elle inscrit son action dans le cadre de l'état de droit et de la démocratie, sans s'interdire d'aller au-delà lorsque la situation l'exige et que le respect de droits fondamentaux est en cause.

------------------------------------------------------------------------------

Un terrible événement a rendu le début de cette nouvelle année 2015 

triste et douloureux.

                                                 En mémoire des victimes de l’attentat au journal Charlie Hebdo

Je rends hommage aux douze personnes innocentes mortes, sauvagement
assassinées, parce qu’elles symbolisaient la liberté d’opinion et la liberté d’expression,
notre liberté d’opinion et notre liberté d’expression.
Je condamne fermement cet acte « barbare » et criminel, un acte horrible et inqualifiable
de terroristes, contre lesquels il faut lutter, ne pas céder à la peur et aux menaces. Lutter
aussi contre les analyses simplistes et les amalgames : les musulmans dans des sociétés
musulmanes sont les principales victimes de ce terrorisme, les musulmans en France
reconnaissent et défendent la laïcité.
Le fléau qui ronge nos sociétés est un mouvement intégriste bien organisé, qui n’a pas de
frontière, de nationalité, il est international, contre lequel notre société doit se mobiliser et
impliquer tous les citoyens qq soit leurs origines, leurs appartenances, qui doivent s’unir et
unir toutes leurs forces pour le combattre efficacement, et préserver notre démocratie.
Cet événement nous rappelle que les droits qui sont les nôtres, nos valeurs – l’égalité, la
liberté- ne seront préservés que si nous les défendons.
 
Fatima WALDMANN,
Présidente de la section Lyon 3 et 6 de LDH 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Fatima Waldmann a succédé à Antoine Peillon à la présidence de la section 3 e/6 e, Olympe de Gouge, de la Ligue des Droits de l’Homme (LDH). Rencontre. ( LE PROGRES du 14/04/2012)

Pourquoi militez-vous à la Ligue des droits de l’Homme ?

Enseignante en sciences économiques et sociales, je suis tout d’abord une citoyenne qui aimerait apporter une contribution positive à la société. J’ai toujours critiqué et dénoncé les inégalités sociales et les discriminations, quelle que soit leur nature. J’adhère aux principes fondamentaux de la déclaration universelle des Droits de l’Homme : respect, dignité humaine, égalité entre hommes et femmes, liberté d’expression, laïcité. J’aspire à une société basée sur la justice et le partage équitable des richesses. Dénoncer, mobiliser, informer, alerter, expliquer, tout cela fait partie de mes objectifs.

Parlez-nous de votre section…

Créée fin 2008, elle compte une quarantaine d’adhérents, majoritairement des actifs, qui défendent les valeurs humaines et universelles, indépendamment des pouvoirs et des partis politiques. Nous nous réunissons régulièrement pour réfléchir sur les problèmes de notre société. Nous travaillons avec d’autres acteurs sociaux pour coordonner et renforcer nos actions.

Quels sont vos projets ?

Augmenter le nombre d’adhérents sans faire de forcing, organiser des conférences-débats sur les problèmes économiques et sociaux, soutenir les actions menées par d’autres associations. Je souhaite sensibiliser les adolescents, mes élèves lycéens par exemple, les faire réfléchir sur les Droits de l’Homme, la justice sociale, la discrimination, l’évolution de la société et les inviter à présenter leurs travaux à la section.

Section 3 e/6 e de la LDH

100 rue Boileau idhlyon36@gmail.com